Beaucoup de personnes travaillent dans l’informatique en rêvant de créer un jeu seul, sans patron, avec ses idées. Peut-être êtes-vous vous aussi dans ce cas ? Et bien, elle l’a fait !

Propaganda

Propaganda

La Développeuse du dimanche

Propaganda est un jeu vidéo créé par La développeuse du dimanche, aidée par quelques personnes. Le jeu n’est pas sorti officiellement mais vous pouvez trouver une démo disponible et même faire des retours par mails pendant les sessions de « play-test », c’est à dire quand le jeu est réellement testé par des joueurs lambdas ne connaissant rien (ou presque) sur le jeu.

Il est prévu pour Windows, Mac et Linux (même si la démo ne propose que Windows pour l’instant), cependant la date de publication reste, pour l’heure, inconnue.

Il sagit d’un jeu en 2D mélangeant runner, platformer et shooter et est sur le thème de la guerre et de la propagande (comme son nom l’indique). Vous y incarnerez une soldate ayant pour mission de repousser l’ennemi puis même de l’envahir.

Relation entre narration et gameplay

Ce jeu est extrêmement bien ficelé car la totalité du gameplay est justifié par la narration.

Là où certains jeux vont proposer des panneaux en guise de tutoriels ou autres éléments non scénarisés, Propaganda vous emmène dans un camp d’entraînement pour vous apprendre les bases. Si vous ne connaissez pas les touches, votre camarade ne manquera pas de vous les souffler. Le tout sous un commandant pas très sympathique.

Propagenda

Relation entre guerre et pacifisme

Ce qui est aussi important dans ce jeu c’est que la développeuse du dimanche veut introduire un choix : la voie de la guerre (plus simple, plus rapide) ou la voie pacifiste (moins simple et moins glorifiante). Le jeu vous pousse à tuer tout le monde en vous donnant des médailles et des armes encore plus puissantes mais il est prévu d’avoir un chemin alternatif pour avoir une voie pacifiste et ainsi ne tuer personne.

Cependant cette voie n’est toujours pas disponible à l’heure où j’écris ces lignes.

Bilan personnel

Personnellement, j’ai pu tester la démo V 0.3 de Propaganda et malgré quelques bugs et une difficulté assez violente pour une première partie, c’est un jeu que j’ai grandement apprécié. Il est très joli et le fait que tout soit justifié par l’histoire permet une immersion totale et sans difficulté.

C’est un jeu que j’attends beaucoup tout comme le prochain épisode du vlog de développement.

Liens

Interview

Réalisée par Feldrise.

Salut ! Première question assez classique, pourrais-tu te présenter un peu ?

Oui bien sûr !

Alors je m’appelle Lola mais on me connaît plutôt sous le pseudo « Développeuse du Dimanche ». Je suis Game Designer et je me suis lancée il y a deux ans dans un projet de jeu vidéo indépendant. En parallèle j’ai créé une chaîne Youtube sur laquelle je relate mes aventures de développeuse indépendante dans mon format « journal de bord ».

D’accord, et quand tu dis être Game Designer, c’est que tu en fais ton métier et que tu es professionnelle ou tu es indépendante et fais autre chose à côté ?

Alors, je suis Game Designer car c’est ma formation de base. J’ai fait des études en game design, j’ai obtenu mon diplôme et j’ai exercé ce métier pendant quelques années. Aujourd’hui, je suis indépendante mais ça reste mon métier vu que je suis auto-entrepreneur. A coté de mon jeu, j’organise des ateliers de création de jeux vidéo et j’anime / participe à des conférences sur des sujets en rapport avec le Game Design.

Oh d’accord ! Du coup, parlons un peu du sujet principal : Propaganda. Premièrement, d’où t’es venu l’idée du jeu et pourquoi t’es tu lancée dedans ?

L’origine de Propaganda est assez ancienne. Il y a bien 5 ans je pense. J’avais discuté avec Samuel (qui développe actuellement le jeu avec moi) et il me disait qu’il aimerait bien faire un jeu avec une direction artistique qui rappelle les affiches de propagande.

Le temps a passé, on a juste dit que ouais, ça pourrait faire un truc cool mais sans plus, on était tous les deux pas mal occupés par les études ou le boulot.

Puis en 2016, je travaille depuis un an dans un studio dans lequel je n’arrivais pas à m’épanouir et je cherchais une porte de sortie. Le milieu du jeu vidéo est très bouché en Game Design et j’avais peur de ne pas trouver d’autres jobs si je quittais ma boite en refusant un CDI. Puis finalement, j’ai réfléchi, je me suis dis qu’à la fin de mon contrat je pourrai toucher le chômage pendant 1 an et demi et que ça serait peut être le moment de me lancer dans un projet indé pour pouvoir réellement m’épanouir dans mon métier. Et en cherchant un concept, j’ai repensé à cette discussion et ai décidé de m’y mettre.

Ok. Je sais que tu as fait un « journal de bord » depuis le début . Pourquoi avoir tout de suite eu un contact public sans avoir eu quelque chose de jouable à présenter ?

Et bien le projet Youtube est arrivé à la même période, en 2016, quand je m’ennuyais à mon taf. Je regardais pas mal de vidéos Youtube à cette époque et c’était quelque chose qui me donnait envie. J’ai toujours aimé la vidéo et le montage. Pour autant, j’ai jamais trop pensé que c’était quelque chose pour moi. Puis, j’ai vu passer des trucs sur les réseaux sociaux à propos de l’asso « les internettes » qui incitait les femmes à se lancer sur la plateforme et à ne pas avoir peur de s’exposer. Là, j’ai réalisé qu’en fait je pouvais totalement faire des vidéos. Il me fallait juste un truc à raconter sur ma chaine. Et comme l’idée de Propaganda fleurissait à la même période, j’ai pensé que fusionner les deux serait intéressant. Pour mes proches d’abord, pour qu’ils puissent comprendre ce que je fais de ma vie et aussi pour moi, car les vidéos me forceraient à travailler sur mon jeu et ne pas lâcher puisque j’aurais plus ou moins des comptes à rendre sur ce que je fais.

En fait à la base, je ne pensais pas que ma chaîne prendrait cette ampleur, je pensais juste que ça serait regardé par mes potes et mes parents. C’est pour ça aussi que j’ai choisi de raconter la naissance de mon projet et son processus de création pour qu’ils puissent tout simplement comprendre ma démarche.

J’allais y venir justement. Comment est arrivé le succès de ton jeu et de ta chaîne, comment l’as tu pris et comment l’as tu géré ?

Le succès de ma chaîne, je pense que je le dois au noyau de personnes qui m’ont soutenus et partagé dès le premier jour. Il faut savoir que la plupart de mes amis sont dans le milieu du jeu vidéo et que leurs amis sont aussi dans le milieu du jeu vidéo. Ce qui fait que les premiers partages de ma première vidéo ont ramené pas mal de monde assez vite. En une journée j’ai eu 100 abonnés car mon réseau était finalement assez étendu mais surtout réceptif à mon propos.

Ensuite ça a fait son chemin petit à petit, ce qui m’a beaucoup aidé c’était les partages par d’autres vidéastes bien plus gros comme Un Drop Dans La Mare ou Monsieur Plouf. Ce genre de partages a sûrement ramené la moitié de ma communauté actuelle. Le fait que je fasse parti de NESblog aussi. Je pense en fait que j’ai eu un projet assez original sur le Youtube français et surtout beaucoup de chance d’être aussi bien relayée.

Évidemment, je l’ai super bien pris, voir de la reconnaissance pour son travail c’est super satisfaisant, c’est très important pour moi. Et à gérer c’est assez facile, je reste quand même une inconnue. Certes maintenant on m’invite en convention mais je ne déplace pas des foules et personne ne me reconnaît dans la rue, j’ai les avantages d’une petite célébrité sans le revers de la médaille et pour l’instant ça me va très bien.

Ok, c’est intéressant ! Donc le jeu est aujourd’hui relativement avancé, comment vois-tu les choses avancer sur le court terme pour commencer ?

Sur le court terme il va y avoir pas mal de changement. Le jeu a avancé au ralenti cette année, la fatigue était forte et la motivation en a pris un coup. Ce qui m’a mené à une grosse remise en question cet été. J’ai pris des vacances pour prendre du recul et pour cette rentrée, j’ai revu totalement mon rythme de travail et mes méthodes de gestion de projet ce qui fait que le jeu devrais avancer beaucoup plus vite maintenant et c’est très enthousiasment. Je constate déjà les effets de ces changements et ça fait plaisir.

Je vois, et d’ailleurs comment fais-tu pour financer le projet ?

Pendant très longtemps, j’ai financé mon projet grâce à mes indemnités de chômage. Malheureusement mon projet a pris beaucoup plus longtemps que prévu, quand je suis arrivée en fin de droit j’ai du trouver une solution de substitution. A l’époque j’ai ouvert une page Tipeee sur laquelle les gens qui suivent mon projet sur Youtube peuvent me faire des dons. J’ai aussi fait des lives Twitch pour toucher quelques euros. Ça reste cependant insuffisant, je commence à attaquer mes économies, c’est pour ça que j’ai choisi de devenir auto entrepreneuse, pour pouvoir faire quelques missions rémunérées à droite à gauche. En ce moment, pendant les vacances, j’anime des ateliers de création de jeux vidéo par exemple. Je suis également jury au CNC pour la commission FAJV (Fond d’Aide Aux Jeux Vidéo) qui nous rémunère pour le travail qu’on fournit lorsqu’on examine les dossiers.

Je commence cependant à rechercher du travail en tant que salarié à côté pour être dans une situation un peu moins précaire car ça reste assez stressant au quotidien.

Ok, c’est compréhensible. Du coup, peut-être une question sur ce qu’il y a derrière le jeu, et plus particulièrement sur ce que tu veux transmettre à travers Propaganda ?

Ce que je cherche à transmettre avec Propaganda, ce sont des messages plutôt politiques. J’ai envie de faire comprendre à travers l’histoire et le gameplay qu’un conflit est rarement manichéen et qu’il ne faut pas céder aux sirènes des préjugés.

Je veux montrer que les êtres humains sont complexes et qu’on peut être capable des pires choses suivant les circonstances. Je veux montrer qu’on doit dépasser ce que pense être acquis.

Dans Propaganda je joue sur les codes des jeux vidéo classiques, je joue avec les automatismes des joueurs. Je veux tester leur jugement et les faire se remettre en question s’ils ont suivi la voie « évidente » sans réfléchir à des alternatives.

Par exemple, un peu comme dans Undertale, on peut choisir de tuer ou non les ennemis qu’on a en face de nous, cependant, on ne doit pas forcément le faire tout le temps. Parfois la situation fait qu’on n’a pas d’autre choix que de se défendre mais je pointe fortement du doigt la différence entre « se défendre » et conquérir, se venger, asseoir sa domination.

D’accord, c’est vraiment super intéressant ! Du coup je crois que l’interview arrive vers sa fin, y a-t-il quelque chose que tu souhaites ajouter ou quelque chose que tu souhaites transmettre à nos lecteurs ?

Oui, je voudrais passer un message que je trouve important. N’ayez pas peur de créer des trucs, que ce soit des jeux vidéo ou autre chose finalement. N’ayez pas peur de faire n’importe quoi, des trucs qui ne marchent pas ou abstraits, ce sont souvent des expériences très formatrices, ça peut paraître bateau mais on apprend vraiment beaucoup de ces erreurs.

Et si comme moi vous voulez vous lancer dans un projet concret, si c’est votre premier et que vous êtes peu nombreux voire seul, commencez petit ! Il n’y a rien de plus frustrant qu’un jeu qu’on ne fini pas. Faites des jams, des tous petits projets, c’est très satisfaisant et ça n’en fait pas des jeux moins intéressant.

D’accord, le message sera passé ! Merci beaucoup pour ton temps ce fut vraiment une interview très intéressante !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.